Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 20:53

 

 

 

Quelle étrange question?  Et pourtant je suis sûre que vous vous l'êtes déjà posée ou que vous la posez régulièrement  à vos ami(e) passionné(e)s par notre charmant medium de prédilection ...

 

La réponse aurait été plus simple à donner il y a une vingtaine d'années quand l'aquarelle n'en était qu'à ses balbutiements en France, alors qu'elle nageait encore dans les eaux tumultueuses des salons parisiens et banlieusards en tout genre, et que chaque village ou presque possédait sa valeur sûre en la personne d'un adorable vieillard ventripotent qui avait à son actif vingt cinq mille versions de l'église du coin ou du petit port de pêche attenant au bar du cru.

 

En 1992, Jean Louis Morelle n'avait pas encore eu l'opportunité de publier ce qui allait servir de bible à la plupart des aquarellistes qui le suivraient, personne ne connaissait le nom d'Ewa Karpinska et je ne sais pas qui collectionnait des aquarelles ...c'était de toute façon sûrement plutôt des Léonor Fini, des Raoul Dufy, des Marie Laurencin ou des Hillaire... qui s'entassaient alors dans les placards à papier à l'abri de la poussière et de la lumière (et accessoirement des crottes de mouche).

 

Bien malin aujourd'hui, dans la masse des expositions spécialisées es aquarelle, celui ou celle qui saurait donner les critères susceptibles de nous convaincre que tel ou telle peut prétendre au titre suprême de potentat de la feuille et du pinceau...

 

De même que pour la cuisine française, le genre "aquarelle" a éclaté ces dernières années. On en vient à ne plus trop savoir : "et ça c'est de l'aquarelle ?" entend-on devant les cimaises...Oui monsieur, suis-je tentée de répondre , de même qu'à présent dans un restaurant français haut de gamme le menu comportera une carte allant du bar au vinaigre fumé Tosazu au bouillon de poisson en passant par la cervelle de veau ou la compotée de coing, dans une exposition d'aquarelle digne de ce nom figurera nécessairement l'indispensable papier plastifié ou les finitions en dripping mélangées au gesso ...sans oublier les vernis en tous genres et les supports en aluminium.

 

On est bien loin de la question bateau tant entendue "papier coton ou cellulose ?" ...

 

De multiples influences ont forcé nos friables frontières et abattu nos fragiles colosses bien de chez nous qui prônaient la transparence et le petit gris Raphaël. A présent dans nos pinceliers, des pinceaux chinois côtoient des cartes à gratter et des calames ...Sennelier doit se battre contre Winsor et Blockx ...et la nomenclature chiffrée a remplacé  les noms chantants des pigments. Adieu le bleu de Delft et bonjour le PB15.

 

Les candidatures aux salons hexagonaux explosent et les français tentent de s'exporter... Tiendrons nous la route face aux écoles chinoises, américaines, russes, anglo-saxonnes, australiennes, indonésiennes, belges, espagnoles etc .. ??? L'aquarelle française est-elle prête à affronter cette déferlante ? J'aurais même envie de pousser la provocation jusqu'au bout en demandant : l'aquarelle française existe-t-elle ? Car nous sommes connus pour nos dissensions et nos querelles de castes et de chapelles bien plus que pour notre capacité à nous rassembler et à créer ensemble. Même si les expositions se multiplient, les initiatives visant à l'échange des connaissances restent bien trop confidentielles. Rares sont les initiatives qui dépassent les murs d'une cité, mise à l'honneur le temps d'un salon.

Bien sûr, il est impossible de décerner une médaille d'or en ce qui concerne l'aquarelle en France (comme quasiment partout ailleurs) ...Mais on aimerait pouvoir se référer à un groupe d'artistes qui auraient cette grâce tranquille, cette liberté amusée, qui pourrait guider le public français par un réel effort de communication,  dans un esprit fort et apaisé. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

anne-marie 17/08/2012 19:11

tu vois je suis rentrée de vacances et découvre les textes de ton blog ...je trouve celui-ci remarquable. Bravo!

Gladis 17/08/2012 20:45



A peine l'avais-je mis en ligne que j'avais déjà envie de le retirer ;) ...je ne crois pas que ce soit très important au fond. Non ? ;) ...(Souvent femme varie ... )


Il n'y a pas de solutions à apporter à des choses qui ne sont pas de vrais problèmes. 


Faisons confiance en la bonne volonté de la majorité des organisateurs, des peintres, et du public...


merci à toi d'être passée. Fais moi passer tes dates pour ton expo de nus, j'ai hâte de voir ça!!



Philippe Severac 03/08/2012 09:47

Je ne partage pas cet avis quant au besoin de référence ou de classification. Je pense qu'en matière de peinture l'essentiel n'est pas de savoir si c'est de l'aquarelle ou du Gesso merchurisé mais
plutot l'émotion qu'on en ressent, en la peignant ou en la regardant.

L'histoire des techniques que ce soit en peinture ou tout autre a fait que des ingrédient deviennent abordables et que chacun peut s'y mettre mais c'est toujours l'envie qui a fait la différence.

Gladis 03/08/2012 12:07



C'est toujours difficile d'entrer dans ce genre de questions sans tomber dans les raccourcis , les amalgammes et les poncifs.  Je voudrais pouvoir faire exception mais c'est très difficile.
Il faudrait pouvoir débattre plus longuement et de la façon la plus ouverte possible. Je ne supporterais pas non plus qu'il n'y ait qu'une seule référence et une seule façon de voir...


Personnellement je me fiche également complétement de savoir si telle ou telle aquarelle est réalisée avec des extra fines ou de l'herbe mâchée mélangée à d'autres pigments organiques ou minéraux
..pour moi une aquarelle c'est de l'eau, des pigments et du papier ...


En ce qui concerne les références, si, j'estime en avoir besoin dans mon métier de donneuse de cours (et pas de... leçons .. quoique .. mouahhaha ) ...car sinon comment tenter
d'expliquer la logique de certains concours et autres expos soumises à jury ?  ...


J'en ai aussi besoin dans ma pratique de peintre car j'ai besoin d'un sentiment de "chacun à sa place". Ca me parait être le B.A.BA de toute pratique professionnelle. Combien de fois n'ai-je pas
ressenti un vague dégoût de l'étalage grotesque proposé par certaines expositions ? Alors que je connais d'excellents peintres qui rament pour leurs fins de mois et dont le talent est d'une
évidence criante... Que dire de la plupart des galeries transformées en stands de foire commerciale ? ...


Malheureusement rares sont les "salons" où les règles du jeu sont vraiment claires...et je sais que ce problème est ô combien épineux , depuis que je le vis de l'intérieur à l'AMP où nous avons
bien du mal à trouver des jurys remportant tous les suffrages. Là j'apprends l'art du compromis...


Dans tous les cas, il n'est ni agréable de juger, ni agréable de l'être...et pour avoir reçu plusieurs artistes professionnels reconnus à la maison, je sais à quel point les sensibilités
divergent. 


Comment faire ? ...sans donner, comme je le disais ailleurs du "prêt à penser"... car au delà des goûts, il y a quand même le METIER qui devrait sauter aux yeux, ou pas  ...mais là aussi,
c'est extrêmement compliqué ...il n'y a qu'à se pencher sur l'histoire de l'art.


Il y a le métier .. et les places sont chères..alors il me semble que privilégier l'honnêteté d'un vrai travail de peintre doit être une
priorité. 


Qu'est-ce que le métier du peintre ? pour moi il passe par une formation...plus personne de nos jours ne peut prétendre décemment être autodidacte, nous sommes tant abreuvés d'images dès la
naissance ...Bien sûr on peut s'instruire par soi-même mais lire des ouvrages seul ou visiter des musées seul n'est pas une justification en soi.


Qu'est-ce que le métier de peintre ? pour moi il passe par des années de pratique cette fois -ci ...exclusivement solitaire. Le tableau doit être le résultat d'une réflexion et d'une projection
personnelle. 


Bien sûr ... c'est toujours l'envie qui fait la différence...quoique je n'en sois pas si sûre. La grande pauvreté ne permet pas d'assumer ses passions, quel que soit le talent qui y est attaché.


Pardon de la longueur de la réponse, et surtout merci Philippe d'avoir participé à cette discussion, qui n'est pas simple. 


 



laurence 02/08/2012 12:56

ah oui, c'est la devise des 3 mousquetaires arrangée : chacun pour soi et tous pour moi. C'est dommage mais peut être qu'à force de le signaler, tu finiras par faire bouger les choses ?!?

Gladis 02/08/2012 13:12



Bah ...le public s'en rend de plus en plus compte mais le public est aussi une arme à double tranchant, car nous sommes tous plus enclins à imiter les mauvais côtés que les bons, surtout en temps
de crise ...Je ne suis qu'une voix isolée ... toutes sortes d'intérêts sont en jeu. Je ne cherche pas à donner du "prêt à penser" mais juste "tiens, et si on réfléchissait un peu à tout ça ? "...
nous sommes dans un pays qui se méfie des élites... ou des pseudos élites (ce qui est mille fois pire) ...mais la réalité c'est que l'élite vaut mieux que n'importe quelle médiocrité ...mais tout
ceci est aquarellistiquement (et pas que ) incorrect.


 


Quand on ose dire qu'une aquarelle d'après photo non personnelle (mis à part les commandes, je ne vois pas l'intérêt de ce genre de pratique) ... équivaut à du quasi  rien du tout par
exemple, beaucoup s'offusquent ... que dire des travaux  d'étude vus dans différents salons et des clonages que je dénonce souvent...J'ai envie de leur dire "Purée, un peu de vergogne quoi,
 gagnez en personnalité" ... mais non, régulièrement on voit polluer les salons par des travaux sans âme et sans aucun apport personnel, si ce n'est une signature. 


Le problème, comme dans tout débat, est que la frontière se situe en des endroits fluctuants pour les uns et les autres ...tout est question de niveau de tolérance. En France, la tolérance est
grande, et tant mieux,le fait de permettre l'accès aux expositions à des peintres mineurs ne peut que les encourager à progresser ... C'est plutôt bien, mais avec l'arrivée de peintres étrangers
souvent très bien formés, les gouffres se creusent.


 



laurence 02/08/2012 12:09

Et toc, ça, c'est parlé. Ca apprend beaucoup. Et l'idée d'un groupe d'artistes référents est très intéressante.

Gladis 02/08/2012 12:42



mouais, vu l'état d'esprit ambiant par chez nous, je ne suis pas bien sûre que ça puisse fonctionner ...Hélas. Mais on a le droit de rêver ...



marie-francoise 02/08/2012 11:23

Bonjour, j'apprecie ton questionnement,l'aquarelle n'en est-elle pas a ses balbutiements dans ce qu'elle represente actuellement?Ce groupe que tu souhaites" de grace tranquille ",c'est pas encore
,que d'affrontements verrons nous avant que ne s'appaise ces bouillonements auquel nous assistons. Quelle richesse que ce medium, il invite a toutes les decouvertes,alors continuions a l'explorer
sans trop nous prendre la tete c'est comme ca que je vois l'actualite de l'aquarelle Biz bonnes vacances

Gladis 02/08/2012 12:49



Tu le sais bien Marie Françoise, je suis une incorrigible idéaliste toujours à côté de ses pompes et malheureusement ce que j'entends en échos me prouve  que nous sommes à des lustres d'un
partage communautaire.


Je voudrais tant voir arriver en France ( avant de mourir ) une école d'aquarelle digne de ce nom ...qui situerait
l'aquarelle dans un grand courant d'art, et qui accepterait enfin .. qu'elle s'encanaille un peu au contact d'autres médiums ...(je ne parle pas ici des techniques mixtes, mais juste de tout ce
qu'il faut savoir pour composer un tableau par exemple ..etc.. etc...)


je t'embrasse ! 



Mamicha 02/08/2012 00:13

Serait-ce la mondialisation dans l'art ?
Et puis avec internet on va de blog en blog peu importe le pays ou la langue, l'art reste le langage universel par excellence.
merci pour publications et par fois vos "coups de ... gueule". Il faut nous secouer, nous réveiller.
Merci aussi pour la générosité avec laquelle vous nous proposez vos travaux. J'habite trop loin de Toulouse mais à l'heure de la retraite si je me rapproche je pense que je viendrai faire un tour
dans votre atelier. J'attends les "grandes vacances" pour enfin me lancer.

Gladis 02/08/2012 09:41



Incontestablement la mondialisation entre partout avec de nouvelles générations qui se débrouillent en plusieurs langues et qui n'hésitent pas à aller se vendre ailleurs.


Mais la mondialisation existe depuis belle lurette dans l'art ... 


Merci à vous de me lire et bon courage pour avaler les derniers kilomètres avant la ligne d'un nouveau départ !! 



C'est Tout Moi...

  • : Le blog de Gladis
  • Le blog de Gladis
  • : Le journal de l'atelier d'aquarelle Gladis, mon travail au jour le jour, les travaux des élèves, les stages, les invités, les artistes que j'aime, moments de folie et de liberté d'expression.
  • Contact

Profil

  • Nathalie Glapa Paradis
  • L'aquarelle est mon médium de prédilection depuis 1991. J'anime des ateliers dans la région de Toulouse depuis 2002, dans des comités d'entreprise et des associations, avec des enfants ou des adultes, en aquarelle, dessin, et techniques mixtes.
  • L'aquarelle est mon médium de prédilection depuis 1991. J'anime des ateliers dans la région de Toulouse depuis 2002, dans des comités d'entreprise et des associations, avec des enfants ou des adultes, en aquarelle, dessin, et techniques mixtes.

Ecoute...

Tapez Ici Pour Trouver ...

Archives