Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 10:36

 

17sackB.jpg

 

 

 

Ayant découvert récemment qu'on pouvait éxécuter des détrempes à l'huile, je me suis penchée un peu plus sérieusement sur cette technique dont j'employais le nom jusque là, un peu à ma sauce, si je puis dire...

 

Il ne s'agit pas ici d'une technique qui concerne (uniquement) le support comme j'avais tendance à le croire, mais bien plutôt d'une préparation qui concerne les pigments, les couleurs sont broyées à l'eau, et diluées juste avant d'être utilisées pour peindre, avec de la colle de peau tiédie ou de la gomme arabique. Cette technique est très ancienne, et était employée pour les peintures murales et les enluminures au Moyen Age. Les étrusques l'employaient déjà.

 "Quel que soit le support auquel elle s'applique, la peinture à la détrempe exige une préparation soignée. Il faut d'abord obtenir une surface rigoureusement plane en recouvrant le mur d'un enduit de plâtre, qui est ensuite encollé, lorsqu'il est parfaitement sec, d'une ou plusieurs couches de colle bouillante. Sèche, cette préparation est poncée de manière à obtenir une surface lisse et unie, sur laquelle on applique les couleurs. La technique est la même pour les supports de bois et de toile, si ce n'est que l'on ajoute du blanc de craie à la colle. Le procédé ne cessa d'évoluer, soit que la colle fût, comme au Moyen Âge, additionnée de cire ou de jaune d'œuf délayé dans du vinaigre, soit qu'elle fût mélangée à de la gomme arabique, du miel, du lait de figuier, de la caséine ou de l'huile émulsionnée à l'eau."

Encyclopédie Larousse


C'est une technique rapide qui ne souffre pas facilement de reprise, ni de superpositions. Elle est encore utilisée pour peindre les plafonds notamment dans les théâtres et ne doit pas être confondue avec la tempera, où c'est l'oeuf qui sert de liant. Elle s'apparente davantage aux techniques de fresques, mais ici on ne peint pas sur un support en chaux, mais sur du plâtre encollé et parfaitement séché. On peut aussi peindre à la détrempe sur du bois ou de la toile.

 

 

Bon voilà, comme quoi parfois, lorsqu'on est quasi autodidacte, les erreurs de vocabulaire débouchent, avec un tout petit peu de curiosité sur des connaissances accrues.

 

 

Voir l'excellent article de Wikipédia

 

 

C'est ainsi que j'ai découvert Gilles Sacksick, l'un des rares contemporains à avoir utilisé cette technique si particulière.

Quelques réalisations en lien.

 

 

2sackB.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Binh An 27/11/2010 14:43


Je viens voir Sacksick chaque fois qu'il expose à Paris, pour la simple raison qu'il me prévient chaque fois. Il a un groupe de fidèles, et quand je reviens à la fin de l'expo, il y a des petits
points rouges sur plein de tableaux. C'est assez impressionnant. Il est calme, solide, classique, a un talent fabuleux, et réussit dans la discrétion, sans tapage.


Gladis 27/11/2010 19:34



Je ne suis pas étonnée, je l'imaginais comme ça.



nita 25/11/2010 08:16


D'après ce que je lis la préparation du support n'est pas éloignée de celle des icônes,mais je ne comprends pas comment (et je n'ai pas vu où c'était indiqué)la détrempe peut être à l'huile...C'est
toujours un bon moment quand je passe ici.


Gladis 25/11/2010 08:20



IL y a une détrempe à l'huile exposée au Carré d'Art à Nimes dont on m'a parlé, c'est ce qui m'a mis la puce à l'oreille..Apparement ça se joue dans la préparation des pigments... mais je ne
pratique pas... si quelqu'un peut éclairer notre pauvre lanterne???


Biz à toi Nita !



pictoneo 21/11/2010 22:35


waouh ! je ne connaissais rien de tout celà avant ! merci de ton éclairage éclairé, merci à tes sources, et merci des résultats !!


Gladis 22/11/2010 03:52



merci Pictonéo de partager cette curiosité ! ;)



le-musicien-du-dimanche 21/11/2010 18:44


La surface est quand même pensée differement que dans d'autres peintures tout de même...je vais aller lire..Car je savais que ça s'utilisait "a la fresca" mais pas 'secca"..


Gladis 21/11/2010 21:07



Oui, tu as raison, j'ai mal tourné ma phrase...



chris 21/11/2010 15:24


suite à la news, ne pouvant me téléporter pour la démo, je me ferai petite souris, pour voir l'adrénaline l'emporter sur la trouille...les techniques anciennes sont à la peinture les préliminaires
en amour...pas tout tout de suite...


Gladis 21/11/2010 21:13



Eh bé !! Tes cinquante ans te donnent des audaces nouvelles on dirait !!


Tu as bien raison !


...mais la vie (d'un peintre) est si courte...en tout cas, la détrempe est encore une sacrée claque pour la pérennité tant débattue de nos jours...Nous si peu pèrennes...ne pouvons-nous donner
qu'une illusion d'éternité ? ...


 



Joseline 21/11/2010 12:04


Nathalie, j'aimerai tellement voir comment tu procèdes !!!
pour moi qui aime le "flaschi" et bien, j'adore ce que tu as mis sur le blog. C'est (je ne peux exprimer mon ressenti) Il me tarde de le voir....... Vivement demain !!!!!!!


Gladis 21/11/2010 12:51



Euh, navrée Jo, mais je ne pratique pas la détrempe... justement...



C'est Tout Moi...

  • : Le blog de Gladis
  • Le blog de Gladis
  • : Le journal de l'atelier d'aquarelle Gladis, mon travail au jour le jour, les travaux des élèves, les stages, les invités, les artistes que j'aime, moments de folie et de liberté d'expression.
  • Contact

Profil

  • Nathalie Glapa Paradis
  • L'aquarelle est mon médium de prédilection depuis 1991. J'anime des ateliers dans la région de Toulouse depuis 2002, dans des comités d'entreprise et des associations, avec des enfants ou des adultes, en aquarelle, dessin, et techniques mixtes.
  • L'aquarelle est mon médium de prédilection depuis 1991. J'anime des ateliers dans la région de Toulouse depuis 2002, dans des comités d'entreprise et des associations, avec des enfants ou des adultes, en aquarelle, dessin, et techniques mixtes.

Ecoute...

Tapez Ici Pour Trouver ...

Archives