Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 09:03

 

 

Bien sûr, un blog comme celui-ci est avant tout un outil intéressant pour communiquer sur son propre travail. Il me permet aussi de montrer à mes élèves les réalisations d'autres groupes où parfois nous ne travaillons pas les mêmes sujets ou bien les mêmes, mais différemment...

Un blog n'est pas fait pour se parler à soi-même, comme n'importe quel outil de communication il est un élan vers l'autre. L'autre c'est vous, vous qui passez ici, me faites le grand plaisir de vous abonner.

Vous êtes à présent 157 abonnés, ce qui est bien plus que tout ce à quoi j'avais pu m'attendre en me lançant dans cette aventure en ligne. Je ne sais hélas pas tout à fait quelles sont vos motivations à me suivre ici, tant vous répugnez par pudeur pour la plupart, ou par manque de temps parfois, à laisser trace de votre passage.  J'imagine donc que parmi vous il y a des pratiquants de l'aquarelle et aussi sans doute même des personnes qui tentent de l'enseigner.

Je n'ai pas d'autre technique d'enseignement que celle d'offrir à mes élèves la pratique la plus large possible de l'aquarelle. Pour moi l'aquarelle est avant tout un moyen d'expression. Ca ne l'a pas toujours été. Au début, j'aimais l'aquarelle par amour des belles images, comme lorsque j'étais petite et que je les piquais dans la belle boîte en carton de ma mère qui était institutrice. Quelque part, pour moi, l'image est donc une récompense, bien plus que la nourriture. Avec du chocolat et de l'aquarelle, je peux survivre très longtemps. 

J'ai eu besoin à mes débuts de me prouver à moi même que j'étais en mesure d'acquérir le savoir faire de mes aînés admirés, comme Rockwell et Homer. Lorsque ces bases fondamentales furent en bonne voie d'acquisition- car on n'a jamais fini d'être apprenti de son métier - je me suis enfin permis de passer un cran au dessus et de "lâcher " un peu de lest, toutes ces couleurs intérieures qui vont faire remuer la peinture et la rendre particulière.

Il m'a fallu presque vingt ans. Mon exemple n'est pas à suivre. Ne perdez pas autant de temps si vous le pouvez, mais ne sautez pas les étapes, ce serait dommage.

L'aquarelle est multiple et s'adapte ainsi à chacun de nous. Pour celles et ceux qui ne passent pas le cap de la réalisation personnelle, il reste la solution de la copie. Mais je vous encourage tout particulièrement à ne pas avoir peur de sauter le pas, et de chercher votre propre intention, votre propre expression. 

Nous avons tous des particularités, certains sont lents d'autres rapides, certains sont coloristes, d'autres sont des dessinateurs chevronnés. Certains aiment les mondes à décrire, d'autres préfèrent l'abstrait et ses variations rétiniennes.

On peut tout trouver dans la pratique de la peinture, et même, on peut se trouver, soi.

 

 

 Je mets ici en lien le texte d'Yves Desvaux recommandé par J. Zerr : 

http://www.peindre-en-liberte.com/yves_desvaux_veeska_texte_2010_01.html

 

 


Repost 0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 08:01

Suite des papotages avec Corinne à propos du précédent article ...que je vous invite à relire dans les commentaires...

 

             C'est un débat très intéressant auquel je réfléchis souvent, car j'y suis souvent confrontée avec l'organisation des cours. C'est sûr, on ne travaille pas de la même façon, d'après photo et d'après nature. Je crois que l'impulsion de départ n'est pas la même non plus.

 

Il me semble que lorsqu'on travaille d'après nature, on est davantage tourné vers ce que ce qu'on représente donne, alors que d'après photo, on cherche davantage en soi de quoi nourrir le sujet.

Je ne sais pas si je me fais bien comprendre.

Le travail ne se fait pas dans le même sens. Le "remplissage " en émotions est inversé.

Le timing est extrêmement différent. Sans photo, on est tout de même un peu dans l'urgence,  qui peut être très stimulante, alors que d'après photo, le temps s'étire...

Quand je peins une fleur dans la nature, je suis en quelque sorte "à l'écoute" de celle-ci, alors que lorsque je travaille un nu d'après photo, je suis plus en phase avec ce que ça provoque en moi...

Ca ne signifie pas, bien entendu, que je ne suis plus du tout à l'écoute de mon modèle, mais c'est comme si je mettais l'accent sur CE moment là, comme s'il n'y en avait pas eu d'autre APRES.

Travailler d'après photo, c'est une façon d'échapper à l'emprise du temps.

Lorsque je travaille le nu d'après modèle vivant, je suis souvent frustrée de ne pas pouvoir retranscrire toute la fugacité des jeux de lumière très changeants sur la peau par exemple, ou un mouvement des cheveux, ou encore une expression fugace sur le visage du modèle.

Lorsque je fais des photos, je fige ces petites étincelles qui m'intéressent et m'émeuvent. J'en fixe ainsi le souvenir. Pour moi la photo a un rôle de "fixateur"... Combien de souvenirs d'enfance n'aurais-je pas oublié si mes parents ne les avaient pas "fixès" sur la pellicule...?

Je peux travailler des mois devant une photo, en faire de multiples interprétations.

 

           Pour ce qui est de la troisième dimension, justement en lisant ton précédent commentaire, je pensais à ça en ce qui concerne la sculpture...

Lorsque j'entreprends une sculpture en argile, je fais poser la personne que je représente, en général mes enfants, et il faut de nombreuses heures de pose, car je ne fais pas ça souvent et que je ne suis pas très rapide. Il ne me viendrait pas à l'esprit de faire un portrait en sculpture d'après photo. Je sais que certains sculpteurs le font. Je pense qu'ils ont acquis une connaissance de la morphologie sans laquelle je ne me lancerais pas sans filets...

Lorsque je sortais d'une étape de modelage, j'avais toujours beaucoup de mal à travailler d'après photo pour mes peintures, et je revenais au travail d'après nature ...

En peinture pour moi les enjeux sont différents de ce genre d'exercice de "représentation".

Je ne cherche pas à opposer comme deux pratiques ennemies la pratique d'après photos et celle d'après modèle.

Outre certains aspects pratiques et financiers (être dispo au bon moment, suffisamment longtemps, avoir le modèle dispo aussi ...), ce sont deux pratiques complémentaires, et je comprends bien ta frustration à travailler d'après photo.

En photo, il manque toujours quelque chose... Là par exemple, les mains sont mal définies sur ma photo d'origine, alors j'ai demandé à ma fille de poser, juste pour les mains, et de même que dans mon précédent tableau, ce sont les mains de ma fille qui appraissent et non celles du modèle. (petite anecdote familiale pour ma descendance ...).

Moralité, en jonglant avec les deux possibilités, on accroit les sensations, on les affine et on travaille mieux... enfin, en tout cas, moi, je fais comme ça.

Travailler d'après photo, c'est une façon d'échapper à l'emprise du temps, c'est tricher un peu, c'est manquer un peu de certaines informations ou sensations, mais on peut les reboucler par une nouvelle observation qui vient finir le travail, et nourrir celui-ci de sensations emmagasinées, parfois plus enracinées en nous.

Et si, on peut se poser la question pour les paysages ou pour les fleurs, car les fleurs bougent fânent et les paysages changent à chaque instant avec la lumière et les saisons...

 

Mille mercis à toi Corinne d'avoir lancé ce questionnement si passionnant, tellement encore d'actualité.

C'est comme ça que j'aime faire vivre ce blog...

 

 

 

 

 

Repost 0

C'est Tout Moi...

  • : Le blog de Gladis
  • Le blog de Gladis
  • : Le journal de l'atelier d'aquarelle Gladis, mon travail au jour le jour, les travaux des élèves, les stages, les invités, les artistes que j'aime, moments de folie et de liberté d'expression.
  • Contact

Profil

  • Nathalie Glapa Paradis
  • L'aquarelle est mon médium de prédilection depuis 1991. J'anime des ateliers dans la région de Toulouse depuis 2002, dans des comités d'entreprise et des associations, avec des enfants ou des adultes, en aquarelle, dessin, et techniques mixtes.
  • L'aquarelle est mon médium de prédilection depuis 1991. J'anime des ateliers dans la région de Toulouse depuis 2002, dans des comités d'entreprise et des associations, avec des enfants ou des adultes, en aquarelle, dessin, et techniques mixtes.

Ecoute...

Tapez Ici Pour Trouver ...

Archives